Art et histoire
Hauts-de-France
Revenir

Découvrir

BEAUVAIS

Contacts & renseignements

Direction des affaires culturelles
Espace culturel François-Mitterrand
Rue de Gesvres
60000 BEAUVAIS

www.culture.beauvais.fr

patrimoine@beauvais.fr

03 44 15 67 00

Préfecture de l’Oise, Beauvais est aujourd’hui la plus grande ville du département comptant 55 000 habitants. Si elle est souvent qualifiée de capitale des Bellovaques, nom de la tribu gauloise à l’origine de sa dénomination actuelle, la cité ne voit le jour qu’au 1er siècle de notre ère dans une vallée marécageuse. Sa superficie de plus de 100 hectares est alors plus vaste que le centre-ville actuel.

 

Le Moyen Âge, apogée de la cité des évêques-comtes

Au début du Moyen Âge, Beauvais accède au rang de diocèse, siège de l’évêque dont la présence est attestée dès 632, tandis que le pouvoir laïc est représenté par un comte mentionné en 936. En 1015, le comte Eudes renonce à toutes ses prérogatives en faveur de l’évêque. En accédant au titre de comte, ce dernier cumule les pouvoirs religieux et politique, et bénéficie de revenus considérables. Personnalité puissante et influente dans le royaume de France, l’évêque-comte édifie sa cathédrale, chef-d’œuvre de l’art gothique, au cœur de l’ancienne cité antique.

 

Une ville textile

Beauvais est alors une ville riche, célèbre pour son industrie textile. Ses draps sont vendus sur les foires de Champagne, de Saint-Denis et sur les marchés méditerranéens. La ville connaît alors une croissance importante. La tradition textile perdure bien au-delà du Moyen Âge et connaît son heure de gloire en 1664 avec la création de la Manufacture royale de tapisserie par Colbert, contrôleur général des finances de Louis XIV. Les productions de Beauvais sont alors célèbres dans toute l’Europe.

La cité médiévale s’ouvre à la modernité

Au 19e siècle, la ville se modernise et développe son industrie. Elle se spécialise essentiellement dans la production de matériaux locaux, tels l’industrie textile, la brosserie, la brique, la tuile ou encore le carreau de pavement.

Durant l’offensive allemande de 1940, la ville est bombardée par la Luftwaffe détruisant 80% du centre-ville. La reconstruction s’organise dès juillet 1940 et le conseil municipal décide d’en confier l’élaboration à l’urbaniste Albert Parenty, associé à l’architecte Georges Noël. Beauvais annexe alors quatre communes adjacentes ouvrant de nouvelles superficies pour l’aménagement de l’espace urbain, anticipant le développement et la modernisation du territoire dans sa globalité. Les nouvelles architectures s’inscrivent volontairement dans la modernité tout en valorisant les monuments historiques de la ville passée. 2000 ans d’architecture se côtoient ainsi en harmonie permettant à la ville d’obtenir le label Ville d’art et d’histoire en 2012.

Découvrez « Beauvais, ville d’art et d’histoire » en cliquant ici

Les vitraux des Leprince

L’église Saint-Étienne de Beauvais renferme des verrières d’exception du 16e siècle, dont le célèbre Arbre de Jessé d’Engrand Le Prince reconnu nationalement. À la Renaissance, la famille Le Prince compte plusieurs maîtres-verriers installés à Beauvais dont la qualité des œuvres a concouru à la renommée de la ville.

En savoir plus

⚡ Votre navigateur est obslète ! ⚡

Mettez-le à jour pour voir ce site correctement.

Mettre à jour