Art et histoire
Hauts-de-France
Revenir

Découvrir

LILLE

Contacts & renseignements

Service Ville d’art et d’histoire – Direction du patrimoine culturel – Pôle Culture
23 rue du Pont Neuf
59000 Lille

vah@mairie-lille.fr

03 62 26 08 30

Située dans une vallée au relief peu marqué, Lille, construite au bord de la Deûle, se développe grâce au commerce fluvial avec les villes flamandes. Associée aux communes de Lomme et d’Hellemmes, la ville est aujourd’hui constituée de dix quartiers aux particularismes marqués, témoignant de l’évolution urbaine et architecturale de la cité mais également de son histoire économique.

 

Un territoire âprement disputé

Lille s’inscrit dès le 11e siècle dans l’histoire du comté de Flandre jusqu’au rattachement de la ville au Duché de Bourgogne. Relevant par la suite de la maison des Habsbourg, la ville intègre de droit les Pays-Bas Espagnols jusqu’à la mort de Philippe IV d’Espagne en 1665.
Le rattachement de Lille au royaume de France en 1667 est l’occasion de travaux d’urbanisme d’envergure. La construction de la citadelle par Vauban et la création d’un vaste quartier au nord de la cité renouvellent la structure urbaine de la ville.
Des emprunts artistiques variés enrichissent constamment son architecture jusqu’à la Première Guerre mondiale qui marque le dernier siège.

Le développement industriel

Centre d’exportation majeur de draps de haute valeur, la ville est présente au sein des grands marchés ibériques, anglais et italiens dès le 13e siècle. La manufacture textile croît considérablement au cours du 15e siècle grâce à l’amplification du travail de la laine et se diversifie encore au 18e siècle.
La ville connaît un agrandissement conséquent à partir de 1858 avec l’intègration d’anciens villages qui deviennent alors de nouveaux quartiers de la ville.
Le percement de larges artères destinées à recevoir de vastes hôtels particuliers aux décors somptueux et inédits est le reflet de son éclatante richesse commerciale et industrielle.
À la veille de la Première Guerre mondiale, Lille demeure cependant essentiellement composée d’usines, d’ateliers et de logements peu salubres. À l’issue de la Seconde Guerre mondiale, l’action municipale amorce un tournant décisif en encourageant le développement des services du tertiaire et l’émergence de nouvelles formes urbaines.

 

Les transformations urbaines

Après la grande récession des années 1970 et la disparition du secteur industriel du textile, la ville entreprend d’exploiter d’autres atouts générateurs de développement. Elle saisit la double opportunité du passage du TGV et de la liaison transmanche fixe pour lancer l’opération Euralille dès 1987. Le projet renouvelle l’image de la ville par l’audace des propositions urbaines et architecturales.
Des exigences relatives à la haute qualité environnementale caractérisent aujourd’hui les opérations du « Bois Habité », ou « les Rives de la Haute Deûle », labélisé EcoQuartier.
Les grands projets de reconversions de friches industrielles instaurent un dialogue nouveau avec la ville ancienne et un renforcement de la mixité urbaine par l’implantation, au sein d’un même programme, de bureaux, de logements, d’équipements et de services.

La Braderie de Lille

Evènement incontournable de l’année, la Braderie de Lille est le plus grand marché aux puces à ciel ouvert d’Europe. Chaque premier week-end de septembre, ce sont près de deux millions de badauds qui déambulent dans toute la ville à la recherche d’un meuble, d’un objet insolite ou encore d’une ambiance unique en son genre.

En savoir plus

⚡ Votre navigateur est obslète ! ⚡

Mettez-le à jour pour voir ce site correctement.

Mettre à jour