Art et histoire
Hauts-de-France
Revenir aux ressources

La rue Gounod à Saint-Maurice Pellevoisin, Lille

Ajouter aux favoris

Retirer des favoris

Télécharger la ressource

Date : Début du 20e siècle

Le quartier Saint-Maurice Pellevoisin, autrefois rural, se développe à partir du 19e siècle grâce à l’implantation de grandes industries. Les riches familles bourgeoises profitent des grands espaces disponibles pour se faire construire de vastes et confortables demeures. La rue Gounod accueille un ensemble de maisons remarquables qui témoignent de l’élan créatif des architectes du début du 20e siècle, dont le travail est marqué par l’art Nouveau.

Entrée rue Gounod © G.Fouques - Dicom Ville de Lille

Rue Gounod © G.Fouques - Dicom Ville de Lille

Pavillon à l'angle de la rue Gounod © SVAH Lille

Maison rue Gounod 1 © SVAH Lille

Maison rue Gounod 2 © SVAH Lille

Détail sculpté © SVAH Lille

Décor mosaïque et briques vernissées © SVAH Lille

Détail mosaïque © SVAH Lille

Un quartier entre ville et campagne

Pendant de nombreux siècles, le paysage de Saint-Maurice Pellevoisin est rythmé par les champs et les fermes. Il s’organise autour de deux chemins, futures rues de la Louvière et du Faubourg de Roubaix. Jusqu’à la Révolution française, Saint-Maurice appartient au prieuré de Fives ; il devient ensuite un faubourg fivois. En 1858, Fives et Saint-Maurice sont rattachés à Lille et constituent deux nouveaux quartiers à l’extérieur des remparts. Si plusieurs filatures et brasseries s’installent le long du faubourg de Roubaix, Saint-Maurice est surtout réputé pour ses guinguettes, son jardin botanique et ses belles demeures bourgeoises implantées au milieu de vastes parcs.

Une rue nouvelle

La rue Gounod fait partie, avec la rue Véronèse et l’avenue des Lilas, d’un ensemble de trois voies privées créées en 1896 et 1897 à l’initiative de la bourgeoisie aisée. Ces rues nouvelles sont réglementées par un cahier des charges précis dont la mise en oeuvre est confiée à l’architecte lillois Armand Lemay à partir de 1903.
Si leur concepteur principal reste Armand Lemay, plusieurs maisons de la rue Gounod sont l’œuvre d’autres architectes, comme Dehaudt, Duclermortier et Pouillet.

Le travail d’Armand Lemay

Les maisons de la rue Gounod répondent à un certain nombre de caractéristiques communes : présence d’un jardinet sur rue, fermé par une grille, et d’un jardin sur cour, nombre d’étages, choix de la brique en matériau principal. Les façades démontrent la recherche de qualité et le soin apporté aux détails. Chaque maison possède son propre caractère, sans pour autant contredire l’unité de la rue. Les deux pavillons encadrant l’entrée de la rue, de plus grande hauteur, sont traités pour être des points forts et des signaux marquants de la rue.
Armand Lemay (1873-1963) est l’auteur de nombreuses constructions lilloises, parmi lesquelles certains immeubles du boulevard Carnot ou encore les hôtels Bellevue et Carlton. Au début du 20e siècle, son travail est marqué par l’Art Nouveau, dont l’influence est particulièrement perceptible, rue Gounod, dans le répertoire architectural (bow window, pergolas) et sur les balcons en ferronnerie.

⚡ Votre navigateur est obslète ! ⚡

Mettez-le à jour pour voir ce site correctement.

Mettre à jour