Art et histoire
Hauts-de-France
Revenir aux ressources

L’hôtel de ville, Beauvais

Ajouter aux favoris

Retirer des favoris

Télécharger la ressource

Date : 1753

Très tôt au Moyen Âge, à la fin du 11e siècle, Beauvais se voit attribuer une charte communale fixant les rapports entre l’évêque-comte et la commune. Dès cette époque, un lieu de rassemblement pour les représentants du pouvoir communal s’installe à proximité de la place du marché, actuelle place Jeanne-Hachette.

Façade de l’hôtel de ville sur la place Jeanne-Hachette © Dir. de la communication, Ville de Beauvais

Fronton de l’hôtel de ville. Au-dessus de l’horloge, le blason de Beauvais accompagné de sa devise « palus ut fixus constans et firma manebo » (tel ce pieu fiché, constante et ferme je resterai) © JF. Bouché – Dir. de la communication, Ville de Beauvais

L’hôtel de ville avant 1940 © Réseau des médiathèques du Beauvaisis

Cour intérieur de l’hôtel de ville avant 1940 © Réseau des médiathèques du Beauvaisis

Salle du conseil municipal avant 1940 © Réseau des médiathèques du Beauvaisis

Projet de façade du nouvel hôtel de ville dessiné par Georges Noël, octobre 1950 © Archives municipales de Beauvais

La salle des mariages aujourd’hui. Le mobilier a été réalisé par la Maison Leleu en 1965 et est inscrit au titre des Monuments historiques © Ville d’art et d’histoire, Ville de Beauvais

Les premières maisons communales

Les premiers lieux de rassemblement pour le pouvoir communal sont la halle dite aux laines ou aux draps et la maison de la Voûte, toutes deux situées à proximité de l’actuel hôtel de ville. La halle est vendue en 1480 et c’est dans l’hôtel de l’« Écu de Flandre », voisin de l’hôtel de la Voûte, que siègent ensuite le maire et les échevins. Cette maison communale devenant trop exigüe au 18e siècle, un nouvel hôtel de ville est construit sur le même emplacement.

Un nouvel hôtel de ville de style classique

La première pierre est posée le 30 avril 1753 par l’évêque-comte Étienne-René Potier de Gesvres en présence du maire de Beauvais, Jean Bucquet. Élaboré sur les plans établis par De Bayeux, architecte du roi, l’hôtel de ville est construit en pierre de l’Oise mais aussi avec des matériaux récupérés lors de la démolition d’une partie des anciennes fortifications de la ville.
Achevé en 1757, l’hôtel de ville domine la grand’place sur laquelle se déploie la façade principale de style classique, surmontée d’une balustrade et rythmée de grandes fenêtres alternant avec des piliers ioniques. En son centre, un fronton triangulaire encadrait les attributs de la monarchie, aujourd’hui disparus.

Renaissance de l’hôtel de ville dans les années 1950

Comme les bâtiments autour de la place Jeanne-Hachette, l’hôtel de ville est détruit dans sa quasi-totalité en 1940. Seule la façade principale, classée monument historique en 1912, est conservée.
Après la Seconde Guerre mondiale, la reconstruction de l’hôtel de ville n’est pas prioritaire face au relogement de la population. Il faut attendre 1957 pour qu’il soit inauguré. Le nouvel édifice est dessiné par l’architecte en charge du plan de reconstruction de la ville, Georges Noël. Il imagine une architecture en harmonie avec la façade du 18e siècle préservée, en pierre de l’Oise, où domine l’horizontalité. L’aménagement des espaces intérieurs est confié à la célèbre « maison Leleu » de Boulogne-Billancourt. Le mobilier de la salle des mariages, inscrit monument historique, en est un témoignage.

⚡ Votre navigateur est obslète ! ⚡

Mettez-le à jour pour voir ce site correctement.

Mettre à jour