Art et histoire
Hauts-de-France
Revenir aux ressources

La manufacture de tapisserie, Beauvais

Ajouter aux favoris

Retirer des favoris

Télécharger la ressource

Date : 1664

La tapisserie de basse lisse est un des fleurons de la ville de Beauvais.

Tapisserie en cours de tissage © JF. Bouché - Dir. de la communication, Ville de Beauvais

Façade de la Manufacture royale de tapisserie en 1741 © Coll. Bucquet-aux-Cousteaux, Réseau des médiathèques du Beauvaisis

Façade de la Manufacture nationale de tapisserie au 19e siècle © Réseau des médiathèques du Beauvaisis

Atelier des lissiers au 19e siècle © Réseau des médiathèques du Beauvaisis

Les anciens abattoirs municipaux qui accueillent la Manufacture nationale de tapisserie depuis 1989 © Dir. de la communication, Ville de Beauvais

Ateliers installés dans les anciennes loges des abattoirs municipaux © JF. Bouché - Dir. de la communication, Ville de Beauvais

Lissier au travail © JF. Bouché - Dir. de la communication, Ville de Beauvais

Les outils du lissier © JF. Bouché - Dir. de la communication, Ville de Beauvais

Naissance d’une manufacture royale

La manufacture royale de tapisserie de Beauvais est créée en 1664 sous l’impulsion de Colbert, contrôleur général des finances de Louis XIV, pour éviter l’achat de tapisseries à l’étranger. Le choix de cette implantation est stratégique. Centre commercial situé sur la route des Flandres (région qui bénéficie du monopole pour la tapisserie) et 4e ville drapante de France, Beauvais dispose d’une longue tradition textile. Les débuts de la manufacture sont cependant difficiles. C’est à partir de 1684, avec son second directeur, Philippe Béhagle que la production de la manufacture connaît un essor exceptionnel grâce à l’audace de certains modèles accompagnée d’une haute qualité de tissage. La renommée devient très importante et la clientèle internationale.

 

Une politique artistique dynamique

Au 18e siècle, la manufacture connaît un développement exceptionnel grâce à l’association de deux artistes : Nicolas Besnier, orfèvre parmi les plus brillants de son époque et le peintre Jean-Baptiste Oudry. Ils décident d’adapter la production aux goûts de la riche clientèle en renouvelant les modèles, en faisant appel aux plus grands peintres de l’époque dont François Boucher et en privilégiant la production de tapisseries d’ameublement.

Il faut ensuite attendre 1917 pour que la manufacture, alors devenue nationale, s’inscrive à nouveau dans une dynamique de renouvellement artistique. Sous la direction de Jean Ajalbert, de nouveaux modèles sont commandés à des artistes contemporains tels Raoul Dufy, faisant de Beauvais un laboratoire d’inspirations nouvelles.

 

Plus de 350 ans de savoir-faire lissier

À l’aube de la Seconde Guerre mondiale, en août 1939, les ateliers de Beauvais sont évacués à Aubusson dans la Creuse. Ils échappent ainsi aux bombardements de juin 1940 qui détruisent la ville et les bâtiments de la manufacture. Après la guerre, les ateliers restent abrités à Paris au sein de la manufacture des Gobelins. Cependant, l’attachement de la commune à la manufacture, 300 ans après sa création, demeure fort et le projet d’y rétablir les ateliers de tapisserie aboutit. Les nouveaux ateliers sont inaugurés le 27 janvier 1989 dans les anciens abattoirs municipaux édifiés en 1851.

La manufacture nationale de la tapisserie accueille aujourd’hui une vingtaine de lissiers. Les lissiers réalisent des tapisseries sur un métier à tisser pourvu de lisses, cordelettes de coton permettant la séparation des fils de chaîne et des fils de trame. Les œuvres sont tissées à partir de modèles commandés par le Mobilier national à des artistes contemporains pour meubler et décorer les palais de la République.

⚡ Votre navigateur est obslète ! ⚡

Mettez-le à jour pour voir ce site correctement.

Mettre à jour