Art et histoire
Hauts-de-France
Revenir aux ressources

Le parc Matisse, Lille

Ajouter aux favoris

Retirer des favoris

Télécharger la ressource

1990 à 1995

Le secteur Euralille voit le jour au début des années 1990, sur une zone vierge de toute construction, près de la gare Lille Flandres. Le projet intègre un espace vert de 8 hectares : le parc Matisse. Ce nouvel espace de nature s’organise autour de plusieurs clairières, d’une « île » et d’une grande pelouse. Il connecte en douceur la ville ancienne à la ville contemporaine et constitue aujourd’hui un incontournable des parcs et jardins lillois.

Le boulingrin © SVAH Lille

L’île Derborence © SVAH Lille

La clairière de la Lande © SVAH Lille

La clairière de la Lande 2 © SVAH Lille

La clairière du Chablis © SVAH Lille

Un espace contraint

Le parc Matisse, avec ses 8 hectares, est le 3e plus grand jardin de Lille après le parc de la citadelle et le jardin des plantes. Il s’implante à l’extrémité nord d’Euralille, sur un espace cerné, d’un côté, par la porte de Roubaix, le boulevard Carnot et le périphérique, et de l’autre par la gare Lille Europe et le viaduc le Corbusier. Le nouvel aménagement prévoit par ailleurs le passage du tramway et du TGV en souterrain. Le paysagiste Gilles Clément, déjà auteur du parc André Citroën à Paris, se joue de ces contraintes et s’associe à l’Agence Empreinte et à l’artiste Claude Courtecuisse pour dessiner un parc moderne, aux ambiances contrastées.

 

« L’île Derborence »

Le parc Matisse se singularise par son île Derborence, dont la création s’inspire de la forêt de Derborence et de l’île Antipodes.
La forêt de Derborence est un site naturel suisse, en partie effondré et préservé de toute intervention humaine. A Lille, Gilles Clément crée un espace où les plantations se développent sans aucune intervention humaine. Claude Courtecuisse lui donne la forme de l’île néozélandaise Antipodes. Accessible aux seuls scientifiques qui observent et étudient l’évolution de sa flore, l’île est un promontoire à l’allure de falaise réalisé à partir de béton et de déblais issus du creusement de la gare TGV.

 

Entre prairie et clairières

L’île se situe au bord d’une vaste prairie, appelée boulingrin, et d’un bois divisé en clairières. Le boulingrin, de l’anglais bowling-green, pouvant se traduire par “gazon pour jouer aux boules”, qui désigne un parterre de gazon destiné à l’ornement d’un parc ou jardin, est la partie la plus visible après l’île Derborence. Il donne accès au bois des transparences, où se nichent les clairières aux ambiances variées. La clairière du Chablis se compose d’arbres couchés par la force du vent, la clairière du Marais voit se développer herbes et fleurs d’eau, et la clairière de la Lande est quant à elle parsemée de bruyères colorées contrastant avec les végétaux et minéraux qui l’entourent.

Les concepteurs du parc Matisse ont pensé et agencé chacun des éléments naturels de manière à offrir une expérience sensible au visiteur. Cet espace de circulation et de promenades relie le Vieux-Lille au quartier moderne d’Euralille, et se prête, en période estivale, aux rassemblements familiaux et festifs.

LILLE

Située dans une vallée au relief peu marqué, Lille, construite au bord de la Deûle, se développe grâce au commerce fluvial avec les villes flamandes. Associée aux communes de Lomme et d’Hellemmes, la ville est aujourd’hui constituée de dix quartiers aux particularismes marqués, témoignant de l’évolution urbaine et architecturale de la cité mais également de son histoire économique.

Découvrir
LILLE

⚡ Votre navigateur est obslète ! ⚡

Mettez-le à jour pour voir ce site correctement.

Mettre à jour