Art et histoire
Hauts-de-France
Revenir aux ressources

Notre-Dame du Bon Secours, Noyon

Ajouter aux favoris

Retirer des favoris

Télécharger la ressource

Date : 1528-1532

Cette chapelle bâtie entre 1528 et 1532 est la dernière expression de l’architecture gothique flamboyante à Noyon par son décor exubérant, ses voûtes complexes et ses clefs pendantes. Toutefois, on y perçoit déjà l’influence des décors de la Renaissance italienne, qui s’impose en France depuis le début du 16e siècle.

Plafond de la chapelle © Ville de Noyon

Détail d’une console © Ville de Noyon

Visite de la chapelle © Ville de Noyon

Une chapelle fondée par les évêques de Hangest

Charles de Hangest (1462-1528) et son neveu Jean de Hangest (1506-1577) se succèdent dans l’épiscopat de Noyon entre 1501 et 1577. Ils introduisent les idées humanistes et initient de nouveaux chantiers architecturaux. L’année de son décès en 1528, Charles de Hangest cède aux chanoines la propriété du terrain de la future chapelle avec les fonds nécessaires à sa construction. Deux ans plus tard, le gros œuvre est achevé, et le décor sculpté est réalisé entre 1530 et 1532.

Une chapelle dédiée à l’Assomption de la Vierge

En entrant dans la chapelle, les voûtes décorées en abondance attirent l’œil. Un vaste programme iconographique lié au Nouveau Testament est déployé sur les nervures. Dans la première travée, les clefs pendantes sont ornées des sibylles. Ces femmes aux dons divinatoires annoncent l’arrivée du Messie dans l’iconographie chrétienne. Sur la voûte centrale, une grande couronne entoure la colombe du saint Esprit ; elle est ponctuée d’anges et flanquée des blasons de la famille de Hangest et de l’évêque de Noyon. Les clefs pendantes au-dessus de l’autel représentent une assemblée d’anges directement en lien avec le retable situé auparavant au fond de la chapelle.

L’autel était autrefois surmonté par un retable. À l’origine, un groupe sculpté composé de plusieurs statues présentant l’Assomption de la Vierge prenait place dans la partie supérieure de ce retable. Ce groupe a disparu, mais on conserve le décor de style flamboyant qui rappelle l’apparence ondoyante des flammes. D’autres statues étaient en place sur les consoles des différents piliers de cette chapelle. Sur ce décor déjà chargé s’immiscent des ornements de style renaissance.
Les angelots situés sous ces consoles, appelés aussi putti, soulignent cette nouvelle influence.

⚡ Votre navigateur est obslète ! ⚡

Mettez-le à jour pour voir ce site correctement.

Mettre à jour