Art et histoire
Hauts-de-France
Revenir aux ressources

Le château royal, Senlis

Ajouter aux favoris

Retirer des favoris

Télécharger la ressource

Date : 1130

En 987, Hugues Capet est élu roi des Francs au château de Senlis. Reconstruit au cours de la première moitié du 12e siècle, le château royal de Senlis est la plus ancienne résidence palatiale des rois de France Capétiens encore conservée en élévation. Les exemples de palais civils de cette période sont extrêmement rares (moins de cinq en France, dont deux à Senlis).

Vue sur l’emplacement de la cour du château PAH de Senlis à Ermenonville

Les vestiges de la chapelle Saint-Denis et du corps de logis principal PAH de Senlis à Ermenonville

Intérieur des appartements royaux PAH de Senlis à Ermenonville

Baie aménagée sous le règne de Saint Louis, sur le mur nord des appartements royaux PAH de Senlis à Ermenonville

Décor sculpté dans l’oratoire de Charles 5 PAH de Senlis à Ermenonville

Vue extérieure des appartements royaux et de la tour transformée en oratoire PAH de Senlis à Ermenonville

Mur oriental de la tour du 3e siècle PAH de Senlis à Ermenonville

Vue sur la muraille du 3e siècle et le corps de logis nord PAH de Senlis à Ermenonville

Le corps de logis principal avec ses espaces de réception, reliés à la chapelle PAH de Senlis à Ermenonville

De nombreux remaniements au fil de l’histoire

Depuis sa reconstruction vers 1131 sur le rempart antique, le château a été remanié à toutes les époques jusqu’au début du 20e siècle. Ses vestiges entremêlent le rempart du 3e siècle, le château capétien, la tour maîtresse, les ruines du château de Louis VI le Gros, dont la chapelle Saint-Denis construite en 1142, et les appartements du roi rappelant la mémoire de Saint-Louis. À l’intérieur des appartements, une cheminée polychrome et une partie de la décoration murale médiévale sont encore visibles.

 

Un témoignage dans la pierre, des structures de la société médiévale

Sur quelques centaines de mètres carrés, toutes les structures politiques et religieuses du 12e siècle sont perceptibles et conservées, avec une résidence royale et une fondation religieuse initiée par Saint-Louis dans l’enceinte castrale, l’ensemble se trouvant au cœur d’un système d’enceinte du Bas Empire. Les circulations d’origine entre le château royal et l’hôtel du comte de Vermandois contemporain du château sont conservées, dont la portion de rempart par laquelle Louis VI allait rendre visite à son cousin germain, Raoul de Vermandois, compagnon d’armes et sénéchal. Au Moyen Âge, la cour est itinérante, mais les séjours royaux à Senlis sont loin d’être anecdotiques. Les sources écrites révèlent que jusqu’aux 14e et 15e siècles, des actes royaux sont régulièrement signés à Senlis, les rois entretenant des liens étroits avec le territoire. Sur le site du château royal, Saint-Louis, qui réside régulièrement à Senlis, fonde le prieuré Saint-Maurice en 1262. Au Moyen Age, les fondations religieuses font partie intégrante de la gestion des territoires par la couronne. Elles contribuent souvent à l’administration d’un territoire et à l’expression de la souveraineté royale.

À partir du 16e siècle, le palais jugé vétuste est peu à peu délaissé avant d’être abandonné au 17e siècle quant le pouvoir politique se fixe à Paris et à Versailles. Il se dégrade alors rapidement, faute d’entretien. En 1780, une grande partie du bâtiment s’effondre. Le site est vendu comme bien national en 1793, ses dépendances sont en grande partie démolies avant l’acquisition des ruines par la famille Turquet de la Boisserie en 1835. Le château devient propriété de la Ville en 1956.

⚡ Votre navigateur est obslète ! ⚡

Mettez-le à jour pour voir ce site correctement.

Mettre à jour