Art et histoire
Hauts-de-France
Revenir aux ressources

Le village de Fontaine-Chaalis

Ajouter aux favoris

Retirer des favoris

Télécharger la ressource

Date : 1814

En bordure de la Nonette, Fontaine-Chaalis se développe entre la plaine agricole et le massif forestier d’Ermenonville. Le cours d’eau qui traverse le village a été abondamment réaménagé pour accueillir des lavoirs et des moulins. La ville abrite également un riche patrimoine du 19e siècle avec le château du Général Kellermann et l’église Saint-Saturnin, fondée après la Restauration.

Église Saint-Saturnin © Ville de Senlis

Paysage rural, vestiges d’un l’avoir en entrée de village © Ville de Senlis

La Nonette © Ville de Senlis

Mairie de Fontaine-Chaalis © Ville de Senlis

Intérieur de l’église Saint-Saturnin © Ville de Senlis

De Pierre de Fontaine à Fontaine-Chaalis

Le village de Fontaine-Chaalis tient son toponyme primitif du nom de Pierre de Fontaine, premier seigneur des lieux en 1162, puis du chevalier Thomas le Cornu, seigneur en 1255. Fontaine-Chaalis est alors connu sous le nom de « Fontaine les Cornu » qui devient par glissement « Fontaine les Corps Nuds ». En 1921, le village est renommé « Fontaine-Chaalis », du fait de sa proximité avec l’abbaye.

 

Le bourg et son château

L’évolution du village est étroitement liée à celle de son château. Le premier édifice castral, bâti au 13e siècle est occupé par Thomas le Cornu. À partir du 15e siècle, des fermes domaniales et seigneuriales se développent dans le centre-bourg, à proximité du château. Celles-ci occupent des surfaces étendues et représentent un enjeu essentiel pour l’économie locale. Aux 16e et 17e siècles, la seigneurie de Fontaine est détenue par la famille de Romain. La ferme et le colombier attenant au château sont construits en 1564. Un nouveau corps de logis est édifié au 18e siècle. Le parc, situé à l’est, s’étend progressivement jusqu’à la Nonette.

 

Les restructurations contemporaines

À la Révolution, le château est saisi comme bien national avant d’être racheté en 1802 par le Général Kellermann, officier de Napoléon 1er. Le Général Kellermann fait reconstruire le château, et fait déplacer l’église et son cimetière, qui se trouvaient sur sa propriété gênant le passage entre le château et sa ferme. La Mairie, la bibliothèque et l’église Saint Saturnin sont situées sur une place quadrangulaire formant le centre de vie du village. L’église, reconstruite aux frais du Général Kellermann en 1814, constitue l’un des rares exemples d’église de style Restauration dans le département de l’Oise. D’une architecture sobre, elle est construite en pierre calcaire avec un toit couvert d’ardoise. Son fronton triangulaire, surmonté d’une croix latine, laisse deviner son organisation intérieure avec une nef centrale composée de trois travées voûtées en berceau et deux bas-côtés non voûtés. Le fronton, doté d’une horloge, domine le portail et fait écho au pignon surmonté d’un clocheton. Deux niches garnies de statues de saints encadrent la façade principale. L’intérieur comporte un ensemble homogène et intéressant de mobilier liturgique du début du 19e siècle. Le long de la rue principale, se trouve le caveau de M. Fredin, maire de 1803 à 1813, qui s’oppose au déplacement du cimetière et refuse de se faire inhumer dans l’actuel cimetière. À cet effet, il se fait construire son propre caveau, au sud du village. L’architecture du caveau reprend le style de l’église Saint-Saturnin. Il est précédé d’un petit jardin et d’une clôture sur la rue.

⚡ Votre navigateur est obslète ! ⚡

Mettez-le à jour pour voir ce site correctement.

Mettre à jour