Art et histoire
Hauts-de-France
Revenir aux ressources

La crypte de l’abbaye Saint-Médard, Soissons

Ajouter aux favoris

Retirer des favoris

Télécharger la ressource

Date : Du 9e au 20e siècle

L’abbaye Saint-Médard est connue pour avoir abrité les tombeaux des premiers rois francs, Clotaire et Sigebert respectivement fils et petit-fils de Clovis. Elle est aussi un monument fondateur de la dynastie carolingienne.

Vue générale de la crypte vers le nord © Frédéric Sartiaux

Détail, niche royale © Frédéric Sartiaux

Détail, niche royale © Frédéric Sartiaux

Un site au rayonnement exceptionnel

À la mort de Clovis (511), le royaume franc est partagé entre ses quatre fils dont Clotaire 1er qui reçoit le royaume franc de la Belgique à la Somme augmenté de Soissons, sa capitale et de Noyon. Le roi Clotaire est très proche de Médard, l’évêque de Noyon dont la personnalité est remarquée de son vivant. Il décide d’en faire le saint protecteur de sa lignée puisqu’au décès de celui-ci en 560, le roi Clotaire inhume le corps de Médard à Soissons et fonde un monastère sur son tombeau.
Le site atteint vite une très grande renommée et les pèlerins affluent. La crypte accueille également les dépouilles du roi Clotaire et de son fils Sigebert confortant le rôle de mausolée royal.
En 751, Pépin le Bref, père de Charlemagne, se fait sacrer roi à Soissons. La cérémonie est renouvelée en 753 à la basilique Saint-Denis en présence de ses deux fils Carloman et Charlemagne
Au 9e siècle, le monastère est l’un des plus illustres établissements monastiques français. Il est le siège d’un palais royal très fréquenté par les Carolingiens. Autre évènement prestigieux, l’arrivée des reliques de saint Sébastien en 826, entraine la venue de Louis le Pieux, fils de Charlemagne.

 

Visiter la crypte

La crypte est le plus ancien vestige de l’abbaye. Au fil du temps, l’abbaye a connu plusieurs transformations qui rendent difficile la datation précise de la crypte. À l’origine simple oratoire de bois, le sanctuaire mérovingien subit une restructuration complète à l’époque carolingienne.
Aujourd’hui, les structures de l’église sont encore partiellement visibles. La crypte se situe sous le chœur surélevé de l’église dont elle reprend la largeur (33 mètres). Elle se compose d’une dizaine de chapelles desservies par un couloir transversal. Des niches ont été creusées dans les parois de certaines chapelles montrant un besoin de réorganisation de l’espace à une période ultérieure.

 

De nouvelles recherches

Suite à la création récente de l’association Abbaye royale Saint-Médard, un programme de recherche scientifique est lancé pour actualiser les connaissances de l’édifice. La numérisation de la crypte est en cours, elle permettra d’obtenir une cartographie précise, base de travail pour les chercheurs et archéologues.
À terme, un programme ambitieux doit permettre de faire de l’abbaye Saint-Médard un lieu de référence sur le haut Moyen Âge.

⚡ Votre navigateur est obslète ! ⚡

Mettez-le à jour pour voir ce site correctement.

Mettre à jour