Art et histoire
Hauts-de-France
Revenir aux ressources

La cathédrale, Amiens

Ajouter aux favoris

Retirer des favoris

Télécharger la ressource

Date : 1220

Véritable prouesse technique, la cathédrale Notre-Dame d’Amiens est l’un des plus beaux fleurons de l’architecture gothique classique. Inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1981, elle s’impose depuis sa restauration comme la principale référence dans l’étude et la découverte de la polychromie polychromie procédé qui consiste à appliquer des couleurs variées, ici sur un monument des portails gothiques.

Détail du portail du Beau dieu ©AMAH

Façade occidentale de la cathédrale ©Laurent Rousselin

Notre-Dame et la tour Perret sublimées par la lumière ©Laurent Rousselin

Détail du portail de la Mère Dieu ©AMAH

Détail du portail de Saint Firmin ©AMAH

Détail du portail de Saint Firmin (2) ©AMAH

Détail du portail de la Vierge dorée ©AMAH

Quadrilobe ornant le portail de Saint Firmin ©AMAH

Depuis des siècles les gargouilles de la cathédrale écartent des murailles l’eau qui ruisselle des toits et leur allure inquiétante protège l’édifice des forces du mal qui l’entoure. ©Laurent Rousselin

Le maître-autel de la cathédrale ©Samuel Crampon

La chronologie de la construction de Notre-Dame d’Amiens et les noms des maîtres d’œuvre sont connus grâce à quelques textes d’archives et à une inscription sur la pierre centrale du labyrinthe placée dans le pavage de la nef. ©Samuel Crampon

Les vitraux de Notre-Dame : La rangée de saints et de saintes dans le triforium du transept sud (fin du 15e, début du 16e siècle) ©Samuel Crampon

Les vitraux de Notre-Dame : détail ©Samuel Crampon

Joyau de la menuiserie et de la sculpture du 16e siècle, les stalles de la cathédrale d’Amiens constituent l’un des ensembles les plus complets et les mieux conservés de ce type de mobilier. ©AMAH

Disposés dans le chœur liturgique, les stalles servaient de sièges au personnel religieux de la cathédrale. ©AMAH

Un des tableaux de Chroma, conçu par Spectre Lab et Michel Pastoureau, l’historien de la symbolique des couleurs. ©Laurent Rousselin

Un des tableaux de Chroma, conçu par Spectre Lab et Michel Pastoureau, l’historien de la symbolique des couleurs (2). ©Laurent Rousselin

La place de la cathédrale dans la ville médiévale

Notre-Dame est construite pour l’essentiel au 13e siècle, entre 1220 et 1288, afin de remplacer un édifice plus ancien, détruit par un incendie. Amiens connaît alors une prospérité économique due essentiellement à sa position géographique et au commerce de la guède ou waide guède guède plante cultivée sur les terres alluviales de la Somme et utilisée pour la teinture des draps . Cette richesse explique la réalisation d’un édifice d’une telle ampleur. Les financements proviennent en grande partie de l’évêque et de son chapitre, grands propriétaires, mais également des nombreux dons liés à la ferveur spirituelle populaire. Au 13e siècle, Amiens est une commune et le siège d’un diocèse, et la nouvelle cathédrale est implantée au cœur du tissu urbain ancien, dans le quartier cathédral.

La construction et l’architecture de la cathédrale

En 1218, l’évêque Evrard de Fouilloy entreprend ce vaste chantier. Commencée dès 1220, la nef est achevée au plus tard en 1236. Le chevet est terminé en 1269 et en 1288, le dallage est posé. De 1290 à 1375, la cathédrale s’enrichit progressivement de onze chapelles. La tour Sud de la façade est achevée en 1366 et la tour Nord en 1402.

La rapidité de la construction du gros œuvre explique l’homogénéité de l’architecture dont les trois principaux maîtres d’œuvre sont Robert de Luzarches, Thomas de Cormont et son fils, Renaud de Cormont. La nouvelle cathédrale gothique est dotée de dimensions impressionnantes (145 mètres de longueur d’est en ouest et 42,30 mètres de hauteur sous voûte) afin d’accueillir l’affluence des pèlerins venus honorer notamment, la prestigieuse relique de saint Jean-Baptiste. Ce gigantisme répond aussi aux cathédrales déjà érigées en Picardie, Noyon, Laon et Soissons.

Des restaurations à la restitution de la polychromie

La polychromie est conçue et réalisée dès l’origine de la construction. Au 13e siècle, les portails de Notre-Dame sont peints, et le soir on les éclaire avec des lampes à huile pour les mettre en valeur. La couleur sur la cathédrale a disparu au fil du temps puis a resurgi au cours de la restauration en 1992, par nettoyage au laser, technique devenue célèbre à Amiens. Evénement phare depuis 15 ans, le spectacle de colorisation de la façade s’est enrichi depuis l’été 2018 avec un nouveau scénario : Chroma. La cathédrale Notre-Dame d’Amiens, par bien des atours, continue de fasciner et de rassembler.

⚡ Votre navigateur est obslète ! ⚡

Mettez-le à jour pour voir ce site correctement.

Mettre à jour