Art et histoire
Hauts-de-France
Revenir aux ressources

L’Art déco à Amiens

Ajouter aux favoris

Retirer des favoris

Télécharger la ressource

Date : 1925

À l’issue de la Première Guerre mondiale, les villes et villages du nord de la France sont dévastés. Dès novembre 1918, la question de la reconstruction est abordée. Imposé par la loi Cornudet du 14 mars 1919, un premier plan de reconstruction est engagé pour la ville d’Amiens, rapidement remplacé par un second, en 1921. L’architecte chargé de cette rénovation est Louis Duthoit, sous la houlette du maire de l’époque Georges Antoine, lui-même architecte. En 1924, la demande de dommages de guerre portée par la municipalité est rejetée par l’État, une reconstruction moins ambitieuse se met alors en place à partir de 1925. En témoignent les quelques façades Art déco de la ville d’Amiens.

Rue Ernest Cauvin © Laurent Rousselin

Rue Ernest Cauvin © Laurent Rousselin

Façade de l’ancien cinéma Le Picardy, rue Ernest Cauvin © Laurent Rousselin

Garage Gueudet, ancien Palais de l'Automobile, rue des Otages © Laurent Rousselin

Garage Gueudet, ancien Palais de l'Automobile, rue des Otages © Laurent Rousselin

Anciens locaux du Courrier Picard, anciennement Progrès de la Somme, rue de la République © Laurent Rousselin

Aux Nouvelles Galeries, rue des Trois-Cailloux © Claire Lefort

Aux Nouvelles Galeries, rue des Trois-Cailloux © Claire Lefort

Le Conservatoire à Rayonnement Régional présente un bâtiment en briques ornementé d’éléments décoratifs faisant référence aux disciplines enseignées à l’instar de la musique et du théâtre © Claire Lefort

Façade des anciens Grands Garages de Picardie, à l’angle de la rue Ernest Cauvin et des Trois Cailloux © Claire Lefort

L’Art déco, proposition de définition

Apparue dans les années 1960, l’expression « Art déco », diminutif des « Arts décoratifs » désigne le mouvement artistique d’origine française qui a pris son essor au cours des années 1920-1930. En 1925, l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes qui se tient à Paris lance véritablement ce mouvement esthétique avant de s’exporter à l’international. Succédant à l’Art nouveau, l’Art déco s’oppose stylistiquement aux courbes et à l’exubérance de ce dernier. Au contraire, il puise son inspiration dans un retour à des formes plus classiques, accompagné d’un mélange d’influences diverses telles que l’Antiquité, les arts d’Afrique et d’Orient ou le cubisme. Exploitant tous les supports (ferronnerie, mosaïque, vitrail, bas-reliefs en béton ou en pierre), l’Art déco joue avec les lignes géométriques et les motifs floraux stylisés, notamment la rose.

La rue Ernest-Cauvin et la rue des Trois-Cailloux : des exemples de l’Art déco amiénois

Les réalisations Art déco à Amiens sont disséminées dans les différents quartiers mais sont particulièrement concentrées dans un secteur du centre-ville éprouvé par les bombardements. Fruit du plan d’alignement et de reconstruction édifié par Louis Duthoit, le percement de la rue Ernest Cauvin présente un florilège d’exemples Art déco, tel que  l’ancien cinéma, Le Picardy, datant de 1942. Les « Grands Garages de Picardie » à l’angle de la rue Ernest-Cauvin et de la rue des Trois-Cailloux présentent un décor à pan coupé (surface plane joignant deux murs, les empêchant de former un angle) avec balcon et fronton reprenant les lignes géométriques propres à ce style. Par ailleurs, aux Nouvelles Galeries, rue des Trois-Cailloux, la décoration intérieure présente des balustrades en fer forgé richement ornées de paniers de fruits.

À Amiens, quelques façades se démarquent, elles sont identifiables par à de petites plaques à fond bleu marine récompensant les « façades primées » les plus caractéristiques.

⚡ Votre navigateur est obslète ! ⚡

Mettez-le à jour pour voir ce site correctement.

Mettre à jour