Art et histoire
Hauts-de-France
Revenir aux ressources

Le style de la Reconstruction, l’Art déco à Lens

Ajouter aux favoris

Retirer des favoris

Télécharger la ressource

Date : 1925-1936

Occupée d’octobre 1914 à octobre 1918 par l’armée allemande, Lens est détruite à plus de 90% à l’issue de la Première Guerre mondiale. Comme l’exige la loi Cornudet de 1919, la ville se dote d’un Plan d’Alignement, d’Embellissement et d’Extension approuvé en 1924. En revanche, aucune règle spécifique n’est prescrite en matière d’architecture. Propriétaires et architectes profitent alors d’une totale liberté pour reconstruire à l’identique ou recourir à des styles variés, notamment le style Art déco, en plein essor à cette période.

Gare de Lens © M. Brard

Mosaïque gare de Lens © M. Brard

Place Jean Jaurès Lens © Laurent Lamacz

À la ville de Limoges ©Euralens Jean-Michel André

Façade art déco Lens © CALL M. Tempremant

La gare SNCF

Inauguré en 1927, cet édifice dont la forme évoque celle d’une locomotive est emblématique de l’Art déco à Lens. Tenant compte du risque important d’affaissements miniers, l’architecte Urbain Cassan propose un bâtiment d’un seul niveau sur plus de 80 mètres. Il utilise le béton armé, nouveau matériau léger et facile à mettre en œuvre. La façade de la gare affiche une grande sobriété, le décor se résumant à une simple frise de losanges située sous la corniche. Ce motif trouve un écho sur les grilles, œuvre du ferronnier d’art Edgar Brandt. À l’intérieur, les mosaïques d’inspiration cubiste réalisées par Auguste Labouret représentant le monde industriel, témoignent encore du soin apporté à la décoration. Les bâtiments annexes (ancien buffet, bâtiment des « roulants ») adoptent les mêmes caractéristiques architecturales que celles du bâtiment principal.

La place Jean-Jaurès

Dominée par l’église Saint-Léger, reconstruite à l’identique après la guerre, la place Jean Jaurès, cœur historique de la ville, est agrandie lors de la Reconstruction. Les immeubles qui la bordent adoptent des styles architecturaux variés. Des façades régionalistes côtoient des façades plus classiques ornées de guirlandes sculptées de fleurs et de fruits et des façades typiquement Art déco. D’autres choisissent d’imiter l’architecture des grands magasins en privilégiant la lumière à la faveur de grandes baies vitrées. L’édifice situé à l’intersection des rues Berthelot et Sizeranne illustre ce parti pris, conforté par la présence d’une rotonde d’angle. Certains commerçants font de leur façade une véritable « vitrine » comme « À la ville de Limoges » où les murs sont habillés de carreaux de céramique représentant les objets disponibles à la vente. Ancienne boutique au cachet préservé, elle abrite aujourd’hui l’Office de Tourisme de Lens-Liévin.

⚡ Votre navigateur est obslète ! ⚡

Mettez-le à jour pour voir ce site correctement.

Mettre à jour