Art et histoire
Hauts-de-France
Revenir aux ressources

Le jardin des plantes, Amiens

Ajouter aux favoris

Retirer des favoris

Télécharger la ressource

Date : 1751

Les premières mentions du site remontent au 13e siècle, faisant état d’un terrain marécageux aménagé au pied du rempart au lieu-dit Maucreux, où seraient implantés une maison, une cour et des jardins. Ce n’est qu’au début du 17e siècle que le gouverneur de la Ville, François de Lisle en revendique l’usage afin de l’annexer à la citadelle et de l’utiliser pour y poser les déblais du chantier de la construction de celle-ci. En 1604, il prend le nom de « Jardin du Roy ». Tour à tour lieu de détente et de promenade, lieu de savoir et site de production végétale, le Jardin des Plantes a depuis 2001 renoué avec sa vocation première d’enseignement public.

Vue du Jardin des Plantes depuis le boulevard ©Service espaces verts – Amiens Métropole

La serre Napoléon III © S. Crampon

3 MP Duthoit VIII-215 ©Musée de Picardie

Une vocation pédagogique

Le 13 mai 1751, par arrêté de Louis XV, le terrain d’une superficie d’un hectare, est cédé à la Ville d’Amiens, à la seule condition d’en faire un jardin botanique jardin botanique territoire aménagé par une institution qui a pour but la présentation d’espèces et de variétés végétales identifiées et réunies en collections afin de répondre à quatre objectifs : la conservation, la recherche scientifique, l'éducation et l’enseignement dont l’Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Amiens aura la jouissance à perpétuité. Le jardin des plantes d’Amiens est créé.

L’inauguration a lieu le 1er juillet 1754. Des arbres exotiques sont introduits sur les conseils du prieur des Feuillants, grand amateur de botanique Dom Robbe et un étang y est aménagé pour la culture des plantes aquatiques. La gestion du Jardin des Plantes est confiée à des « jardiniers-conservateurs » ou « jardiniers botanistes ». Des cours y sont délivrés jusqu’en 1895 et le jardin des plantes devient une référence dans l’enseignement de la botanique en France.

Transformations du lieu et des usages

Au cours du 19e siècle, le dessin du jardin est modifié et la suppression des remparts permet son agrandissement. Les collections de végétaux s’enrichissent grâce aux échanges répétés avec le Muséum d’Histoire Naturelle à Paris. En 1801, l’ orangerie orangerie bâtiment clos, doté de vastes fenêtres et d'un chauffage dans lequel on abrite pendant la mauvaise saison, les agrumes plantés dans des bacs ou pots ainsi que d'autres végétaux craignant le gel est construite, suivie d’une serre adossée au boulevard en 1836. À la fin du 19e siècle, la serre dite « Napoléon III » est élevée avec un pavillon central.

À partir de 1895, le service des plantations de la Ville prend la relève des jardiniers-conservateurs. Le jardin des plantes d’Amiens dépasse alors sa première mission pédagogique pour devenir un véritable fournisseur de végétaux. Lieu de production, il abrite actuellement le service des espaces verts-Direction des espaces publics d’Amiens Métropole.

 

« Des plantes, des usages et des hommes »

Disposé sur un hectare de verdure, le jardin des plantes, labellisé Jardin remarquable depuis 2013, a traversé les siècles. Les collections botaniques sont organisées autour de la thématique « des plantes, des usages et des hommes » et réparties autour de quatre espaces : l’homme et la consommation, l’homme et la santé (avec des plantes médicinales), l’homme et l’industrie et la connaissance des plantes.

⚡ Votre navigateur est obslète ! ⚡

Mettez-le à jour pour voir ce site correctement.

Mettre à jour