Art et histoire
Hauts-de-France
Revenir aux ressources

Le jubé de l’église Saint-Géry, Cambrai

Ajouter aux favoris

Retirer des favoris

Télécharger la ressource

Date : 1635

Le jubé de l’église Saint-Géry est une des œuvres d’art majeure de l’édifice cambrésien depuis l’époque moderne et l’un des rares témoins d’un corpus abondant aux 16e et 17e siècles aujourd’hui presqu’intégralement disparu.

Jubé de l'église Saint-Géry © Ville d’art et d’histoire de Cambrai

Le jubé et l'orgue de l'église Saint-Géry © Ville d’art et d’histoire de Cambrai

Détail du jubé de l'église Saint-Géry © Hugo Martens

Une œuvre à la fonction déplacée

Un jubé est une construction qui sépare le chœur de la nef et de ce fait les ecclésiastiques des fidèles. Les réformes catholiques face à la montée du protestantisme poussent à ôter cette séparation entre l’église et les chrétiens. Placé primitivement à l’avant du chœur gothique de l’église Saint-Géry, il est transféré, en 1740, lors de travaux de rénovation de l’édifice, à l’entrée de la nef où il sert de tribune d’orgue. De fait, toute personne pénétrant dans le monument en empruntant les marches situées place Fénelon, passe sous cette construction majestueuse.

 

Une œuvre majeure

Le jubé de Saint-Géry est une commande de l’abbé Milot passée en 1635. Il est exécuté en un an par le sculpteur cambrésien Jaspar Marsy (1600-1674), père de Gaspard (1624-1681) et Balthazar (1628-1674) qui travaillent au château de Versailles, et par son atelier. Ce jubé est classé monument historique en 1896. De l’autre côté de la place, se trouve le portail de l’ancien palais archiépiscopal conçu par le même artiste. 

 

L’entrée d’un édifice monumental

Le jubé est réalisé en marbres polychromes de Dinant et de Tournai et en albâtre. Stylistiquement, l’ensemble est tiraillé entre la Renaissance des Pays-Bas et l’introduction du baroque. Quatre colonnes doriques supportent trois arcs en anse de panier enrichis de grotesques. Des colonnettes ioniques à l’aplomb des colonnes et trois statues dans des niches subdivisent le muret attique au-dessus de l’entablement en six panneaux historiés relatant les miracles du christ. Les statues représentent le Christ au centre, saint Augustin et saint Ambroise ou saint Aubert. Les deux médaillons circulaires sur les retours représentent saint Jérôme et un autre personnage non identifié. Les angelots, le décor végétal et les caissons décorés des voûtes complètent cet ensemble très riche mais non homogène.

⚡ Votre navigateur est obslète ! ⚡

Mettez-le à jour pour voir ce site correctement.

Mettre à jour