Art et histoire
Hauts-de-France
Revenir aux ressources

Cimetière militaire du Dud Corner, Loos-en-Gohelle

Ajouter aux favoris

Retirer des favoris

Télécharger la ressource

Date : Années 1920-1930

Le cimetière rassemble environ 1 800 soldats tombés lors de la bataille de Loos en 1915. Autour du cimetière, un mémorial rend hommage à plus de 20 000 combattants disparus lors de cette même bataille.

Cimetière du Dud corner et Mémorial de Loos © Matthieu Brard

Galerie du cimetière du Dud Corner et Mémorial de Loos © Matthieu Brard

Tombes du cimetière du Dud Corner © Matthieu Brard

Cimetière du Dud Corner et Mémorial de Loos © Matthieu Brard

La bataille de Loos dans le journal L’Illustration, 6 novembre 1915 © Archives départementales du Pas-de-Calais

La bataille de Loos (25 septembre-13 octobre 1915)

Pendant la Première Guerre mondiale, la commune de Loos-en-Gohelle, voisine de Lens, est sur la ligne de front. La « bataille de Loos » correspond à la première grande offensive menée par l’armée britannique en France contre les Allemands à ce stade du conflit. Marquée par de très nombreuses pertes (près d’un tiers des 60 000 soldats engagés au combat perd la vie), cette bataille a profondément marqué l’opinion et l’histoire militaire britanniques. Chaque année en septembre, des cérémonies commémoratives mobilisent de nombreux visiteurs d’outre-Manche venus rendre hommage à leurs ancêtres tombés au front.

Un cimetière et un mémorial pour se souvenir

Le cimetière du Dud Corner se trouve à l’emplacement d’une ancienne position allemande qui présentait l’avantage de dominer les alentours, offrant un excellent point de vue sur les lignes britanniques. Les corps qui y sont rassemblés, dont plus de la moitié non identifiés, proviennent de plusieurs petits cimetières provisoires érigés à proximité pendant la bataille. Le nom Dud Corner résulte de la présence de nombreux obus non explosés (dud en anglais) retrouvés dans les environs après la guerre. Conçu par Herbert Baker (un des principaux architectes à l’origine du cahier des charges établi par la Commonwealth War Graves Commission ; la Commission des sépultures de guerre créée pendant la guerre 1914-1918 est chargée de l’aménagement des cimetières pour les pays de l’ancien Empire Britannique qui constituent aujourd’hui le Commonwealth), ce cimetière présente les principales caractéristiques des cimetières du Commonwealth à travers le monde : stèles immaculées bien alignées, gazon parfaitement uniforme, bandes fleuries au pied des stèles, arbustes taillés. Au fond du cimetière, deux galeries portées par des colonnes offrent des espaces de recueillement, rythmés par la présence de quatre coupoles.
Le Loos memorial se matérialise sur les murs d’enceinte du cimetière où sont apposées des plaques comportant les noms gravés des 20 586 soldats portés disparus pendant la bataille.
L’ensemble est inauguré le 4 août 1930 en présence de l’écrivain anglais Rudyard Kipling, auteur du célèbre Livre de la jungle, dont le fils John a disparu lors de la bataille de Loos. Très impliqué dans la création des cimetières du Commonwealth, Rudyard Kipling invente notamment l’inscription Known unto God (Connu de Dieu seul) utilisée sur chaque tombe de soldat non identifié.

⚡ Votre navigateur est obslète ! ⚡

Mettez-le à jour pour voir ce site correctement.

Mettre à jour